Traduction du langage inclusif et échanges entre le français et l’italien


Résumés


Cet article propose une étude comparée des formes du langage inclusif développées dans les langues française et italienne et tentera d’ouvrir le champ à une réflexion sur la traduction de l’écriture inclusive que nous estimons nécessaire afin d’offrir des outils pour un langage de plus en plus inclusif en français et en italien. La règle de la grammaire traditionnelle qui voit le masculin « l’emporter » sur le féminin est commune aux deux langues, de même que dans ces deux environnements linguistiques est présente une réflexion sur les stratégies à adopter pour remédier à cette règle, établie au fil du temps et qui reflète une différenciation plus dangereuse et plus vaste dans la société. Et pourtant, le français et l’italien n’admettent pas – ou bien ne suggèrent pas – les mêmes solutions. Le fait que l’écriture inclusive ait pris dans les deux langues des formes non seulement différentes – mais parfois même opposées – en raison de sensibilités différentes quant aux mêmes questions et de réalités linguistiques qui favorisent une solution plutôt que l’autre nous oblige à nous poser plusieurs questions. Il faut d’abord comprendre quelles sont les différences entres les stratégies d’inclusivité utilisées dans les deux langues et en comprendre les raisons, pour ensuite passer à une discussion sur les difficultés que ces différences présentent en traduction du point de vue théorique et à une proposition de directions à suivre ou à éviter dans la pratique de la traduction. En même temps, ce passage entre les langues et les langages nous permettra d’introduire dans un contexte des formes d’inclusivité qui lui sont inconnues, ou qui ne sont pas favorisées.

This article is a comparative study of the forms of inclusive language developed in French and Italian, and it will try to open the way to a reflection on the translation of inclusive writing, which I consider necessary in order to offer tools for an increasingly inclusive language in French and in Italian. The rule of traditional grammar that sees the masculine “prevail” over the feminine is common to both languages, and these two linguistic environments also share a reflection on the strategies to adopt in order to move beyond this rule, which reflects a more dangerous and a broader differentiation in society. And yet, French and Italian do not admit – or rather, they do not suggest – the same solutions. The fact that inclusive writing has taken forms in these two languages that are not only different, but sometimes even opposed, due to different sensitivities regarding the same issues and to linguistic realities that favor one solution over the other requires us to ask ourselves several questions: we must at first understand the differences between the strategies of inclusion used in both languages, understand the reasons behind them, and finally discuss the difficulties that these differences present in translation from a theoretical point of view, in order to propose directions to follow or to avoid in the practice of translation. At the same time, this transition between languages will allow us to introduce forms of inclusiveness into a context that are unknown to it, or that are not too common.

Mots-clés : langage inclusif, traduction, français, italien, (r)évolution de la langue

Keywords : inclusive language, translation, French, Italian, (r)evolution of the language