Les auteurs

Mireille ELCHACAR est professeure de linguistique à la Téluq, l’université à distance du réseau des universités du Québec, et chargée de cours à l’Université de Sherbrooke. Ses recherches portent sur la lexicologie et la lexicographie, et abordent des points sensibles de la langue au Québec, tels les anglicismes ou les néologismes issus de revendications sociales ou politiques.

Ute GABRIEL est professeuse à la Norwegian University of Science of Technology à Trondheim, en Norvège (NTNU). Elle y enseigne la psychologie sociale depuis 2006, et a fondé l’équipe SCaLa (Speech, Cognition and Language Research Group). Ute Gabriel a été co-éditrice du Journal Européen de Psychologie Sociale (EJSP) illustrant ainsi sa renommée internationale en psychologie sociale.

Directrice de recherche honoraire au CNRS en linguistique, Annie GEFFROY est l’autrice d’un grand nombre de publications sur genre et sexe dans le vocabulaire politique français. Ses travaux ont parus entre autres dans les revues Le Français moderne (1989), Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie (2002), Annales historiques de la Révolution française (2006), dans le Dictionnaire des Usages Socio-Politiques 1770-1815 (1989) et dans des volumes comme In/égalité/s. Usages lexicaux et variations discursives (18è-20e siècles) (1999).

Pascal GYGAX dirige l’équipe de Psycholinguistique et Psychologie Sociale Appliquée de l’Université de Fribourg. Ses travaux portent principalement sur la manière dont notre cerveau traite la marque grammaticale masculine. Il a récemment écrit un chapitre théorique sur le sexisme linguistique, avec sa collègue Norvégienne Ute Gabriel, chapitre ayant reçu le prix Etude Genre de l’Université de Fribourg. Pascal Gygax intervient régulièrement dans les médias lorsqu’il est question de langage inclusif ou de féminisation du langage.

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, Elise HUCHET est doctorante en philosophie politique à l’université de Paris (LCSP). Elle rédige une thèse sur le lien entre subjectivation et discours et sur le problème de l’accès à la parole dans la philosophie contemporaine, notamment dans l’œuvre de Michel Foucault, de Judith Butler et de Gayatri Spivak.

Nicole PRADALIER, certifiée en 1994 de Lettres Modernes, est docteur associée au Laboratoire d’Etudes et de Recherche Appliquées aux Sciences Sociales (LERASS), Université de Toulouse, où elle est membre de l’axe Genre (entre autres). Sa thèse en Sciences de l’Information et de la Communication, soutenue en 2015, porte sur la parité communicationnelle Femmes/Hommes. Elle se consacre dorénavant à la recherche et la diffusion de l’écriture inclusive à partir du point médian.

Giuseppe SOFO est enseignant-chercheur de Langue et traduction française à l’Université Ca’ Foscari, de Venise. Boursier de l’Université Franco-Italienne et du DAAD, il a enseigné dans des universités françaises, italiennes et américaines et il a mené ses recherches dans plusieurs institutions européennes et des Amériques. Il a publié une œuvre dédiée à réécriture et traduction, I sensi del testo : Scrittura, riscrittura e traduzione (Novalogos, 2018), il a codirigé une œuvre collective sur la traduction, Sulla traduzione : Itinerari fra lingue, letterature e culture (Solfanelli, 2015).

Sandrine ZUFFEREY est professeuse ordinaire de linguistique française à l’Université de Berne en Suisse. Elle travaille dans le domaine de la psycholinguistique du discours et s’est spécialisée dans l’étude du traitement et de l’acquisition des connecteurs pragmatiques en L1 et L2. Son travail se situe dans une perspective cognitive du discours et intègre à la fois des études de corpus et des études expérimentales. Elle est l’autrice de deux manuels de linguistique en français et trois monographies de recherche en anglais. Ses travaux ont aussi été publiés dans revues internationales comme Journal of PragmaticsSecond Language Research et Discourse Processes.